Air du temps  ~  Dé-Tour de France  - Gira sole.info  -  Pipelet - Tutto in Pelle       

                               


 www.gira-sole.info 

Air du temps .....reportages ......actualités

 


La résolution de l'Assemblée générale des Nations-Unies sur les droits des peuples autochtones a proclamé

2019 l'année internationale des langues autochtones

Les langues jouent un rôle crucial dans la vie quotidienne de tous les peuples, étant donné leurs implications complexes en termes d'identité, de diversité culturelle, d'intégration sociale, de communication, d'éducation et de développement. À travers les langues, les gens participent non seulement à leur histoire, leurs traditions, leur mémoire, leurs modes de pensée, leurs significations et leurs expressions uniques, mais plus important encore, ils construisent leur avenir.

Les langues sont essentielles dans les domaines de la protection des droits humains, la consolidation de la paix et du développement durable, en assurant la diversité culturelle et le dialogue interculturel, 

Cependant, malgré leur immense valeur, les langues du monde entier continuent de disparaître à un rythme alarmant en raison de divers facteurs. Beaucoup d'entre elles sont les langues autochtones.

sources texte et logo :  UNESCO   -   https://fr. UNESCO.org/IY2019

janvier 2019


 


Le flux et le reflux des migrations humaines - 

lorsque les chemins sont nés…..   

du Néolithique  au Nouveau Monde

_________

Les tracés d'anciennes voies portent souvent un nom caractérisant une destination ou une marchandise, comme par exemple "cami Tolosan" chemin de Toulouse ou "cami de la saou" chemin du sel.

La question qui se pose est de savoir si les premiers chemins, depuis des temps très reculés, ont étaient pénétrés par l'homme  menant une vie nomade, en suivant le gibier ou…. 

Air-du-temps

Certaines zones géographiques ont été pourvues d'un système cohérent de voie de communication depuis en moins trois millénaires par leur réseau de chemins. Peu à peu, l'homme ne s'est plus contenté de suivre les pistes tracées par les troupeaux de bêtes sauvages.1) En se repérant souvent de point de mire, comme des pics isolés, des sommets de montagnes. Plus la vision était élevée et dégagée, plus la ligne droite était longue.

Ce sont certainement ces mires naturelles qui ont donné à l'homme l'idée de repérer ses premiers itinéraires à l'aide des pierre levées, dès le Chalcolithique, quelque deux mille cinq cents ans avant notre ère.1) D'autres points de convergence des premiers itinéraires ont été les cours d'eau. 

En matière de viagraphie, la science des chemins confirme, que les plus anciennes pistes suivant fidèlement les lignes de partage des eaux.1) En cheminant de cime en cime, il est plus facile de s'orienter. La plus caractéristique des pistes néolithique existe encore dans le département de la Haute-Loire où elle porte le nom bien ciblé de "tsami de lou Faitri" -"chemin des Faites" qui se hisse à 1142 mètres 2). Il ne faut pas oublier que les arpenteurs gallo-romains ont laissé quantité de repères sur l'ensemble du réseau de voies de communication. 

Aux origines des drailles 

DRAILLE

La question qui se pose  ici aussi, est de savoir si, aux environ de 4000 avant J.-C. les ovins étaient encore des animaux sauvages que l'on chassait ou bien ils étaient déjà domestiqués aux besoins de nourriture. Des fouilles archéologique ont donné la thèse, que l'occupation agropastorale daté du Néolithique moyen, du Néolithique final, du Bronze moyen vers le XIVe siècle av. J.C.1). Ces travaux confirment que l'homme a pratiqué le cyclo-pastoralisme pendant au moins six millénaires.

Le réseau de sentiers qui pratiquaient nos ancêtres du Néolithique était moins important, que le réseau des voies d'estivaduro d'aujourd'hui.  Le chemin des troupeaux à l' estive est appelé "draille", en occitan "dralha", nom qui nous vient du vieux fonds indo-européen. Le nom celte "draga" est passé en latin "dragulum".

Les chemins muletiers 

CHEMIN MULETIER (lebonguide)

La mise en place d'un réseau spécifique dotée d'un capillaire très dense de chemins muletiers remonte au-delà du VII siècle av. J.C.. Avant l'apparition du cheval vers le Chalcolithique et de l'âne et du mulet, les échangent se limitaient aux produits précieux acheminés à dos d'homme par les ancêtres. Pour ce déplacer ceux-ci utilisaient de préférence les pistes néolithiques. La domestication de l'âne remonte en Asie Mineure à plusieurs millénaires en arrière. 


MULETS (franceanes)

On peut supposer que les Phocéens installés à Marseille en 600 av. J.C., n'ont pas tardé à importer des ânes. Les Grecs appréciaient les avantages apportés par le mulet pour l'acheminement des marchandises, car le mulet est un animal porteur par excellence. Un rôle majeur a joué  l'introduction du sel au premier millénaire avant J.C. . Il n'est donc  pas surprenant que beaucoup de chemins muletiers portaient les noms occitans de "cami de la saou" ou de "cami salinié". Ou comme d'autres itinéraires "cami peissounié" -chemin des poissonniers, ou "cami daou vi" - chemin du vin,  "cami carbounié" -chemin de bois. 


La Transition

VIA APPIA ANTICA (rome-roma)

Peu-à-peu, la transition des chemins et des drailles en grandes routes de traverse, comme la voie Hérakléenne à l'époque des Grecs et des autochtones 1),  ou vers le IIIe siècle av. J.C., la célèbre "Via Appia" menant Rome à Capoue. 

D'autres itinéraires montant la vallée du Rhône franchissant les Alpes au Mont Cenis ou la vallée de la Durance par le Mont Genèvre vers Turin. C'est aussi que Hannibal emprunta l'itinéraire des Pyrénées au Rhône vers 218 av. J.C. pour franchir les Alpes par la pénétration militaire. 



Les voies romaines 

Ces chemins, témoin de 2000 ans d'histoire, de la civilisation romaine en Europe, de ses empreintes, de remarquables variétés de paysages et des richesses architecturales remarquables. Avec l'arrivée de la civilisation romaine, une grande page d'histoire s'ouvre…. Les Romains entreprennent un réel aménagement du territoire gaulois. Leurs première grande réalisation est d'établir un axe terrestre reliant Rome en Italie à Cadix en Espagne en passant par la Gaule.


Par le proconsul Gneius Domitius Ahenobardus un carrefour de voies préhistoriques fût complètement rasé et se termine par la soumission des Voconces, des Volques, des Helviens  et des Ruthènes1). Domitius entreprit de réaliser le principal objectif de sa conquête, l'amélioration de l'itinéraire terrestre reliant l'Italie à l'Espagne. Désormais la Voie Hérakléenne devint la Via Domitia. La Via Domitia aussi nommée "Chemin de la Monnaie"

Une autre voie qui relia Lyon à Cahors "Lugdunum à Divona Cadurcianorum" ou la voie des "Cadourques", aussi appelée "Voie d'Agrippa". Cette voie des Cadourques se situe de longues sections pavées, fait exceptionnel de rencontrer des vestiges sur les parcours. 

L'Étoile  des chemins Nîmois 

THÉÂTRE ANTIQUE - ALBA-LA-ROMAINE

L'étoile des chemins nîmois, donc des route avec laquelle elles permettaient de communiquer, partait dans le sens inverse des aiguilles d'une montre. La route des Voconces, la route des Helviens, la route des Avernes, la route des Gabales et la route des Rutènes. La troisième grande route partant de Nîmes était la route des Avernes menant jusqu'à Gergovie. Tracé bien identique au tracé du "Chemin de la Regordane ou Chemin de Tolérance", menant du Puy-en-Velay jusqu'à Saint Gilles" connu par les Pèlerins qui partent vers Jerusalem 1). 

Les chemins de Pèlerinages  

CHEMIN DE PÈLERINAGE (boutique-du-pèlerin)

La pratique du pèlerinage remonte à des temps très anciens. Les recherches historiques et archéologiques ont ainsi mis en évidence de très nombreux lieux de culte à travers le monde il y a plusieurs dizaines de siècles avant notre ère. Les premiers pèlerinages de l'ère chrétienne commencent à prendre leur essor peu après l'année 313. Déjà se montre clairement des itinéraires spécifiques qui conduisent de Bordeaux à Jérusalem 3)

Plus on avance vers l'an mille, plus les routes de pèlerinage se structurent. Sous l'impulsion de Charlemagne, la route de Rome se voit jalonné de lieux d'accueils, des "gîtes d'étape" . D'où le développement de hauts lieux de dévotion sur la Route de Rome, de la Terre Sainte et sur celle de Saint Jacques de Compostelle - de Tours - Cluny - Vézelay - Le Puy-en-Velay - Conques -Toulouse- La Chaise-Dieu . 

Les Croisades  

Vers le XIIe siècle, c'est par la présence de l'Ordre des Templiers, puis les Hospitaliers, qui durant sept siècles créent des villages médiévaux, construisent des châteaux et des églises, des enceintes fortifiées avec des tours et des murailles. Les Templiers, à la foie moines et chevaliers, religieux et soldats, ont pour objectif la défense de Jérusalem et la protection des pèlerins qui se rendent sur le tombeau du Christ 4). 

Le Protestantisme  - les Étapes importantes de l'histoire

LE DÉSERT (air-du-temps)

Le mouvement débute en Allemagne en 1517. En France les premiers fondations apparaissent vers le milieu du XVIe siècle. Provoquant la guerre des Religions où se mêlent intrigues, politique et rivalités, donnant lieu a des  exécutions et des tuerie des deux côtés. Les Édits de Nantes en 1598 et en 1685 n'arrangent pas la situation. Le Désert devient le terme symbolique pour les assemblées tenues secrètement la nuit. Suivi par la Guerre des Camisards, révolte des gens des Cévennes, va durer deux ans. La résistance protestante devient active. 

L'Édit de Tolérance, en 1787 mettra terme définitif aux martyres. 


Le grand tournant   

GARE et USINES (tableau Fallies)

À l'arrivée du chemin de fer vers le milieu du XIXe siècle qui relie la région méditerranéenne à la région d'Alès. Ce siècle y est riche en innovations. Le pont en "fils de fer", l'un des premiers ponts suspendus au monde vers 1829, le chemin de fer qui franchit le Rhône en 1852, puis l'usine à gaz qui a inauguré l'éclairage public le 03 juin 1852. La révolution des transports vit entrainer un grand changement. Beaucoup de chemins vont être transformés en route goudronnées

Une première gare fût inaugurée le 09 avril 1866 à Lourdes, sur la ligne Toulouse-Bayonne, qui voyait désormais, son premier train de pèlerins le 16 juillet 1867. Cette renaissance du réseau de communications fût à la base de l'essor de l'industrie jusqu'au début du XXe siècle.  

Autoroute et Voies rapides  

On continua à aménager de nouvelles liaisons routières pendant plus d'un siècle. Aujourd'hui, si la pompe à essence a remplacé le hangar de fourrage et les pneumatiques le fer à cheval, l'ambiance cosmopolite des haltes modernes restitue étrangement l'ambiance de jadis. Ces autoroutes, voie rapides et chemins de fer, ont su ramener à trois heures le temps de Paris à Marseille, grâce au TGV1).

____________________ 

Le Paradoxe du nouveau Monde    


Par ce flux de renouveau, le portrait de la société changeait, le niveau de vie n'a cessé de s'accroître dont profita l'ensemble de la population. Ce changement, suite à la forte croissance, la société s'adoptait de vivre radicalement différente de celle des générations précédentes. C'était l'entrée dans une société de consommation et celle d'une mutation profonde du tissu socio-économique

L'exode rural s'est accéléré, vidant les campagnes. La réforme avait enfin une ambition sociétale, et a rendu la société meilleure. Les politicien, eux-mêmes décidés à engager le changement.

L'économie intégrée dans le marché européen, avait besoin d'une main-d'oeuvre qualifiée, autonome et flexible, composée d'hommes et de femmes, car toute les énergies devaient contribuer à la croissance, la transition entre l'ancien monde, celui de l'État national, le nouveau monde, celui de l'UE et la place financière.


Les  Gagnants et les Perdants  

 Entre 1950 et 1970, le pouvoir d'achat du salaire moyen a doublé en France. Une population croissante des ménages a ainsi pu progressivement acquérir une résidence principale et de s'équiper des produits phares de la société de consommation. Le pouvoir d'achat a augmenter, mais n'est pas équitablement réparti. 


Les Gagnants

Les gagnants sont ceux qui touchent déjà un salaire élevé - ceux qui ont des revenus immobiliers - plus qu'on gagne et plus c'est avantageux. Mais le grand gagnant est le gros détenteur d'actions et d'obligations.

Les Perdants

Une étude publiée début janvier 2015 calcule que le pouvoir d'achat des ménages français reculait depuis 2008. Selon une étude allemande, chaque français aurait perdu 56.000€ sur la période de 1999 à 2017, soit en 18 ans, dont les retraités, les basses-salaires, ainsi que le grand nombre des chômeurs seront les grand perdants. Or les perdants sont les 20% des ménages les moins aisés.

On peut remarquer que depuis les premiers chocs pétroliers au début des années 1970, la croissance a chuté et n'est jamais vraiment repartie à la hausse. Elle a même baissée considérablement. 

La vraie richesse c'est la spéculation fictive du monde financier


Le Retour aux Sources    

Cette évolution pèse sur le bien être de nombre de gens. Enfin d'y échapper, on redécouvre la nature restée plus au moins intacte, en fuyant le stress permanent, c'est le retour aux sources qui se senti. Heureusement on a aujourd'hui redécouvert la nature et le bienfait de la marche. En marchant, on laisse au bord du chemin - les masques sociaux - les rôles imposés - la misère - l'injustice.....

La marche permet aussi de redécouvrir un certain nombre de joie simple. On finit, dans nos vies ultra-modernes et sophistiqués, par n'être plus présent à rien, par n'avoir plus qu'un écran comme interlocuteur, on n'ai plus connecté en permanence. Par contre en marchant, on ressent la fatigue qu'elle entraine, la marche par sa lenteur n'a pas cessé de représenter pour l'homme une contrainte dont il fallait se débarrasser par la richesse ou le progrès technique.

______________

La Randonnée pédestre   

MONT LOZÈRE-FINIELS - CHEMIN DE STEVENSON

Il y a plus de 70 ans naissait le premier sentier balisé de randonnée pédestre. Depuis le terme "randonnée pédestre" n'est entré dans l'usage courant, même si la promenade est vieille comme les chemins. Partout en Europe la randonnée devient populaire. Quoi que le Club vosgien naît en 1872, qui retrace, balise et décrit des itinéraires, suivi par le Touring Club de France en 1890. Ainsi un plan directeur de la création des GR - "Sentiers de Grande Randonnée voyait le jour. 

_______________________


Les Guides d'Itinéraires  


La Fédération française de la Randonnée pédestre

LOGO FFRandonnée

En 1947, la Commission du tourisme pédestre du Touring club de France devient une association indépendante sous le nom de Comité national des sentiers de grande randonnée, d'où est directement issue "La Fédération Française de la Randonnée pédestre"-"FFRP". Ce besoin d'évasion du milieu urbain mécanisé et déshumanisé s'accompagne d'une soif de nature : le randonneur est à la recherche de la nature.  

Entretemps la FFRP a fait peau neuf, la Fédération , sous son nouveau nom FFRandonnée, publie une collection de topo-guides de qualité. Ces ouvrages décrivent minutieusement les itinéraires balisée par la Fédération, GR - GRP - PR et donnent toutes les indications utiles aux randonneurs. 

Pour toutes informations :

Centre d'information de la Fédération française de la randonnée pédestre  

64, rue du Dessous-des-Berges  

F-75013  PARIS   

tél.: 0033(01) 44 89 93 93   

www.ffrandonnee.fr 

www.mongr.fr

 ______________________________


La Pèlerine à  Saugues  

Si son nom évoque souvent celui du Pèlerin, c'est que depuis sa création en 1988, La Pèlerine na cessé de proposer les chemins de Saint Jacques de Compostelle. Si au fil du temps, d'autres destinations en France et à l'étranger sont venues compléter la destination et souhaite avant tout faire partager la passion pour la randonnée, soit en liberté, soit "sur mesure", en randonnant l'esprit libre afin de privilégier la découverte, les rencontres….. La Pèlerine à Saugues, sans doute loin de tout, mais proche et attentive aux projets !  

La Pèlerine  

32, Place Limozin  

F-43170 SAUGUES  

Tél.: 0033(0)471744740  

contact@lapelerine.com   

www.lapelerine.com

_________________________________

Sources - extraits de textes : 

1) Pierre Albert Clément, Les Chemins à travers les âges, in éd. 2007 Nouvelle Presse du                  Languedoc  

2)  R.Mathieu, Le carrefour des Neuf Chemins, in cahiers de Craponne tome XXIII  2001

3) Philippe Olivier, Grand livre des Pèlerinages, in éd. de Vecchi 2002  

4) Conservatoire Larzac Templier Hospitalier, Les Templiers, in Journal du Larzac avril 2002 ________________________________

Rédaction

Air du temps   

avril  2019

 


Le  Chemin de Régordane  -  Il Camin Rigourdans  - ou de Tolérance  

 

Carte Chemin de la Regordane (vezenobresinfo)

Le Chemin de la Régordane qui relie le Puy-en-Velay à Saint-Gilles-du-Gard est une voie ponctuée de sites sur lesquels s'implante un réseau d'abbayes, d'églises, de prieurés et de monastères, ainsi jalonné d'une chaîne d'hôpitaux et de maladeries. La Régordane est aussi une voie millénaire de transhumance et d'échanges, bordée de dolmens et de montjoies -pierres servant de repère- et aussi une route empruntée par César pour traverser les Cévennes ou la quête des pèlerins en route vers Rome -Chemin Romieu. 

Les muletiers, nommés "Régourdans" et "Rigourdiers", portent par ce chemin marchand, des draps, du vin, sel et autres marchandises depuis le Languedoc jusqu'au Puy. 

La Régordane fût aussi le chemin des hommes et des idées, comme le Chemin de la Liberté, de conscience et le droits des Hommes, des Camisards et des conquêtes ouvrières dans les bassins miniers. On y rencontre aujourd'hui de multiples témoignages de l'ingéniosité des hommes et des écrivains.

Panneau la Régordane (lapelerine)

Aujourd'hui, le Chemin de la Régordane a trouvé, en dehors du pèlerinage, une autre orientation, devenu un itinéraire pédestre qui traverse cinq 'pays' celui -du Velay, du Gévaudan, des Cévennes, de Nîmes et de Camargue, deux régions l'Auvergne et l'Occitanie (anciennement le Languedoc) et trois départements celui -de la Haute-Loire, de la Lozère et du Gard. 


Hauts Plateaux du Massif Central

Cet itinéraire qui porte la signification de chemin de grande randonnée, le GR700, débute sur les hauts plateaux du Massif Central au Puy-en-Velay et traverse grand nombre de paysage aux caractéristiques géologiques différentes aux vestiges d'un passé volcanique, granitique, de gneiss et de micaschistes. En passant par les failles, de Villefort, des Cévennes et de Nîmes pour atteindre les garrigues et les plaines bordières de la Camargue. 


Long de 249 à 267 km, selon les variations et alternatives, la traversée des 'pays' ce pratique entre 11 et 12 jours, ou bien, on choisi la version courte qui mène du Puy-en-Velay à Alès où, et de la Calmette par Nîmes à Saint-Gilles. 

 

Le Puy-en-Velay - une ville bâtie sur un volcan  

Le Puy-en-Velay (Le puy en Velay)

Sa fondation remonte à l'époque celtique. Au VIIe siècle, la Ville du Puy n'existant pas encore. Son ancien nom Anis dérivé du nom ancien Anicium. Avec le temps, comme la Ville se situe en Velay, le nom de la Ville se transforma à plusieurs reprises, de Ruessium à Vallavia, Civitas Vellavorum ou, selon une autre version, se transféra 'de Vellava en Puy. son nom d'aujourd'hui 'Le PUY' dériva de l'aquitain Puech ou Puich, signifiant hauteur, éminence.

Les hauts plateaux du Velay offrent des paysages d'une grande variété. Formé sur un haut plateau d'environ 1000 m d'altitude à un alignement d'édifices volcaniques. L'histoire des formes du relief du Velay se confond avec celle du Massif Central. 

À la croisée des Chemins ...

A la croisée des Chemins (dessin-plaisance12)

 Le Puy-en-Velay est un véritable carrefour pour les pèlerins et les marcheurs. Un départ du mythique pèlerinage vers Saint-Jacques de Compostelle (GR65), nombreux sont ceux qui prennent cette célèbre voie nommée Via Podiensis. Il existe encore deux  voies jacquaires , l'une vient de Genève et l'autre vient de Cluny. Ou, comme les chemins de Grande Randonnée, comme Le Chemin de Stevenson (GR 70) qui relie Le Puy-en-Velay à Saint-Jean-du-Gard en passant par  Le Monastier-sur-Gazeille, le (GR 430) débute au Puy-en-Velay en boucle de 252 km avec une belle incursion en Haute Ardèche. Le Sentier de la Loire (GR 3) qui vient de l'embouchure de la Loire, traverse le Puy-en-Velay pour atteindre les sources de la Loire au Mont Gerbier-de-Jonc en Ardèche. Puis le nouveau né, il y a quelques années, le (GR 700) Chemin de la Regordane, depuis le Puy-en-Velay à Saint-Gilles. 

Les Salaisons de Montagnac... et  Solignac-sur-Loire

Solignac-sur-Loire

À quelques minutes hors GR, entre le Puy-en-Velay et Costaros, une région très réputée pour ses salaisons, situé en Auvergne, implantée en Haute-Loire au pays de la lentille verte du Puy. 

Depuis près de 40 ans, les salaisons de Montagnac perpétuent les traditions rurales et familiales sans artifices futiles, l'art de la salaison et du goût sont l'honneur tel que les anciens l'ont transmis.

Le patrimoine que Montagnac met en évidence de siècle en siècle, a aussi marqué d'une manière décisive, le passé historique et constitue une référence irremplassable pour apprécier et comprendre l'évolution dans le temps, de ce beau village, qui comme son histoire démontre, est le fruit d'une oeuvre passionnante grâce à son patrimoine remarquable. 

Solignac-sur-Loire ( weatheravenue)

Solignac-sur-Loire, un bourg médiéval, prend place sur un promontoire rocheux, dominant la vallée de la Loire sur un plateau volcano-basaltique. Sites naturels et archéologiques dévoilent plusieurs découvertes uniques, proche du Parc naturel régional des Monts d'Ardèche et du chemin de la Régordane. (source : ville de Montagnac)  


Pradelles en Haute-Loire...  

Pradelles en Haute-Loire (cpauvergne)

Son nom indique que le village fût fondée à l'époque de la dynastie carolignienne entre la France occidentale et le royaume de Provence. Une route permettant de traverser les Cévennes vers la Méditerranée, passait par le Chemin de la Régordane, assurant la prospérité des villages qu'il traverse. Pradelles, dominant la vallée du Haut-Allier, sur la voie Régordane, reliant L'Auvergne au Languedoc. 


Cette ancienne place forte était une étape importante pour les marchands, important les denrées du Midi, et aussi pour les pèlerins en route vers Sant-Gilles et Rome. Pradelles était qualifié de 'Castrum' c'est à dire le bourg fortifié où voyageurs et marchandise étaient en sureté. (source: cpauvergne)


En passant par Cellier-de-Luc en Ardèche…

Le Cellier-du-Luc 07

À une poignée de kilomètres du tracé de la Régordane, à la découverte de Cellier-de-Luc  -de Lucus en latin, bois sacré, en quittant pour quelques instants la Lozère pour passer en Ardèche. Séparé par le cours de l'Allier de Luc, Cellier-de-Luc se nomme ainsi, en servant de réserve de vivres -'cellier'- aux habitants de Luc en Lozère. Ces habitants se nomment le Lucocellariens

Ce sont bien deux communes différentes, mais qui ont pourtant un  lien commun.

L'histoire Bénédictine du Cellier, mentionne que Luc fut un des endroits les plus anciennement habités de la province du Gévaudan. Suite à sa position sur le chemin celtique, qui déjà reliait le Midi aux Montagnes du Centre, chemin qui, sous l'occupation romaine, devint une grande voie de communication 'la Régordane', où passaient convois militaires, caravanes de marchands, pèlerins de Saint-Gilles… (source: cellier-du-luc) 

De retour en Lozère  à Luc...

Le Château est situé sur la commune de Luc, fût construit au IX - Xe siècle sur un emplacement celtique, dominant la vallée de l'Allier, au pied de la forêt de Mercoire et non loin de L'Ardèche et du massif du Tanargue. Gardien du chemin de Régordane, le château de Luc était un des plus importants points stratégiques de la région entre les provinces du Gévaudan et du Vivarais. (source: LeLuc48) 

Le 25 septembre 1878,

en compagnie de Modestine, Robert Louis Stevenson passa au Château de Luc

Notre dame des Neiges (abbaye-notre-dame)

Le Luc se situant sur l'intersection de carrefour des jonctions, connues aujourd'hui sous GR 70 Chemin de Stevenson et GR 700 Chemin de Saint-Gilles. Le Château de Luc (en ruine) portant à son pinacle une immense statue blanche de Notre Dame, lieu-dit aujourd'hui  'Notre-Dame-des Neiges'. Les paroissiens de Luc transformèrent le donjon en chapelle et érigèrent la statue de la vierge sur la terrasse. 

Ce lieu-dit 'Notre-Dame-des Neiges', offre une auberge, là où Robert Louis Stevenson passa une nuit avec Modestine.


Prévenchères - les Ornières médiévales - le Tilleul de Sully  


Ornières près de Coudoulous (cbvacc.fr)

Les chemins anciens affrontaient parfois de terrifiantes déclivités. Afin de stabiliser les chariots sur les fortes pentes, de véritables rails étaient creusés dans le rocher. C'est en Cévennes, près du hameau de Coudoulous -sur une bretelle reliant la Régordane au mont Lozère- que l'on découvre le plus spectaculaire exemple de ce dispositif. La datation médiévale est attestée par la mesure des ornières qui correspond à l'écartement des roues des chariots utilisés du XIe au XIIIe siècle, époque à laquelle le chemin de Régordane connut son apogée. Sur le parcours de ce chemin, le plateau de la Molette -entre Prévenchères et La Bastide- présente un réseau impressionnant d'ornières qui s'explique par cette technique de direction, mais aussi par l'usure qu'occasionna un trafic intense. (source:  FFrandonnée) 

Au terroir de Montredon descend un chemin vers Prévenchères, invisible du plateau. Le village constituait un prieuré dépendant de l'abbaye de Saint-Gilles. On y trouve une belle église, des XIIe et XVe siècles. Sur la place du village de Prévenchères se dresse un véritable tilleul dit "de Sully" - selon l'abbé Bernard, cet arbre fut planté par Sully pour célébrer la naissance du futur Roi Louis XIII.

( source:  Marcel Girault - Le chemin de Regordane)


La Garde-Guérin -    sur la voie des chevaliers...   

Village fortifié, La Garde-Guérin ancien site stratégique sur la Voie Régordane reliant le Languedoc (Occitanie) au Massif Central, ce village fortifié du XIIe siècle a été créé pour protéger les voyageurs, seul chemin entre l'Auvergne  et le Roussillon. La Garde-Guérin se distingue située sur un vaste plateau de grès, le socle du plateau est formé de roches granitiques,  d'où le point de vue s'étend jusque sur le littoral méditerranéen et au dessus des Gorges du Chassezac. Le village bénéficie d'une situation exceptionnelle dominante.

La Garde-Guérin


 

La Garde-Guérin Vue Panoramique (masdusartre)

Ce site porte des vestiges d'une implantation humaine dès le néolithique. La Garde-Guérin été toujours, depuis sa création, un endroit fortifié, oppidum ou place-forte. 

 En 1965 la Garde-Guérin était un village presque abandonné. Il y avait pourtant un patrimoine architectural très riche et à sauvegarder. Or ce village unique en son genre a été recréé dans son cadre naturel d'origine. 25 ans plus tard, un pari est devenu réalité. 

Aujourd'hui la Garde-Guérin est devenu un haut lieu touristique exceptionnel et unique. Le respect de l'environnement et la mise en valeur du patrimoine architectural de ce site, ont redonné à ce beau village son identité. Avec son château-fort et la plus grande part de ses remparts, le village a conservé pratiquement intact son aspect de l'époque. (source : lagarde48)


Coucoules , berceau de la famille Daudet….

Coucoules Clocher à peigne

Au pied du Mont Lozère, le village s'étale le long de la Voie Régordane, situé à 630 m d'altitude au croisement du Gard, de l'Ardèche et de la Lozère. L'église romane du XIe siècle, avec son clocher à peigne, témoigne son passé, ancien príeuré dépendant de l'abbaye de la Chaise Dieu; dont le prieur avait l'obligation d'héberger et de nourrir la caravane muletière envoyée par l'abbé dans la plaine du Languedoc chercher du vin, les oignons et le sel dont l'abbaye avait besoin. ( source: Marcel Girault, Le chemin de la Régordane)

 Les ancêtres d'Alphonse Daudet étaient cévenols, dont le berceau du père d'Alphonse Daudet. Vincent Daudet était né dans un hameau de Concoules. 


Le Pont de Rastel,  les premiers figuiers….

 

Pont de Rastel

Au Pont de Rastel, le Chemin de Régordane franchit le Luech par un pont en dos d'âne du XVe siècle. Au fond du vallon, qui grâce à sa position favorable,  d'une protection contre les vents froids et à son micro-climat, bénéficie de l'apparition des premiers figuiers dans cette région. À la gauche du Pont de Rastel, on découvre l'ancienne filature de soie, fermée depuis 1930 . (source:  Marcel Girault)



La Clède , de Jean-Pierre Chabrol ...    

Jean Pierre CHABROL

"Au bord d'un chemin, isolé, à une centaine de mètres du hameau, se dresse Le Gravas, qui apparaissait, il y a quelques années encore, comme le mas cévenol typique, haute et puissante bâtisse, aux murs de vieux granit qui semble "couver" ses dépendances : porcherie, bergerie, pailler = 'clède'...

La clède est une maisonnette où l'on fait sécher les châtaignes. Au cours de la fâcheuse modernisation du Gravas, la clède à été rasée. 



C'est alors qu'on a découvert, dans l'épaisseur du mur le manuscrit ci-dessous. 

Une fente, entre deux pierre, à l'intérieur du premier étage, avait permis de glisser les feuillets, comme dans une boîte aux lettres. Les feuillets tombaient dans un conduit ménagé dans l'épaisseur du mur, sur toute sa hauteur, prévu sans doute jadis pour une cheminée.

La disposition de la cachette interdisait de reprendre les feuillets qu'on lui confiait, à moins de démolir pierre par pierre la maisonnette, particularité importante, comme on va le voir ...." 

( signé Jean-Pierre Chabrol, Les Fous de Dieu, Éditions Omnibus)

 


Château de Portes ... classé Monument historique

Surnommé le Vaisseau des Cévennes en raison de sa proue en pierre spectaculaire et unique en Europe. Véritable porte d'entrée des Hautes-Cévennes au pied du Mont Lozère, surveille les pèlerins de Saint Gilles, empruntant le chemin de la Régordane et les croisées vers la Terre Sainte. 

(source: RCP- association pour la renaissance du château de Portes)

Château de Portes- Ruines Église


Le château des XIVe et XVIIe siècles, commandait le col reliant le Nord et le Midi, 'porte' dans laquelle s'engouffraient le chemin de la Régordane et la grande draille de la Provence au Mont Lozère. L'église de Portes connue par la vocation de Saint Gilles depuis 1050. La tradition rapporte que, lors de son voyage à Orléans, Saint Gilles guérit une malade incurable par le seul attouchement de son manteau et qu'en reconnaissance de ce miracle il fut choisi par la communauté de Portes pour patron.

A Portes, il y avait aussi une maladrerie et un hôpital constituant un prieuré qui relevait de l'abbaye de Sauve. (source : Marcel Girault, Le chemin de la Régordane)

Le Château de Portes s'élève sur une colline à 617 mètres d'altitude, qui fut vraisemblablement un oppidum gaulois. De sa proue en grès du pays, le Château pourfend la houle rocheuse des serres et valats. À ces pied s'offre un des plus beaux panoramas du GR700 et des basses Cévennes. (FFrandonnee)  

Alès, de son nom ancien Alais … 

Alestum = dérivait des mots celtiques ; AL = la hauteur es ES = région ou territoire. 

Ville d'Alès et les Quais sur le Gard (map.france)

Alais, que l'on rencontre parfois, est un ancien nom employé après 1629 à la suite d'une erreur du secrétaire du roi Louis XIII.  La ville d'Alès bénéficie d'une histoire riche. L'homme semble avoir fait apparition dans les environs d'Alès il y a 200 000 ans. A l'époque glaciaire, les grottes de la colline de l'Ermitage servirent d'abri. Depuis les celtes-Ligures, les Volques, les Wisigothes et les Maures s'y installèrent. Les Volques, peuple gaulois au IVe siècle avant J.C., la période romaine au début de l'époque mérovingienne, une monnaie locale porte le nom de 'Alesto'. (source: lieux sacrées)

Alès- Cathédrale Saint Jean (tripadvisor)

Alais accueilli la Synode générale des Églises Réformées en France, dont ' La Paix d'Alais' a été signée en 1629. Puis l'introduction du ver de soie, dont l'intustrie se développe fortement, ainsi que l'industrie du charbon et l'apparition du chemin de fer. Aujourd'hui Alès bénéficie du Label 'Ville fleurie'. 

Alès jouit d'un patrimoine religieux et historique important. 

La cathédrale, les arènes du Temperas ou encore  la colline d'Ermitage, sont des bâtiments et lieux notables, dont le Château de Portes, classé monument historique. (source : Alès)


Vézénobres, village médiéval de charactère … 



Perché sur l'emplacement d'un ancien oppidum, au carrefour des Cévennes et de la Provence. Ce site stratégique fut habité au fil du temps par les Ligures, les Celtes, les Volques et les Romains. En raison de sa situation privilégiée, les Romains initièrent une voie romaine qui prendra de l'ampleur au Moyen-Âge et se transforma en axe de pèlerinage et de commerce. (source : Vézénobres) 

Vézénobres apparaît au carrefour des Cévennes et de la Provence. Cette situation priviliègée fait de cette cité une étape majeure sur la voie romaine puis sur un chemin médiéval, le chemin de la Régordane, axe de pèlerinage et de commerce, qui relie le littoral méditerranéen et la France du nord.( source: OT-Vézénobres)

Vézénobres - Village perché (vézénobres)

Vézenobres est un des rares villages du bas Languedoc à apparaître perché à la verticale d'une falaise. Le site domine, au sud le confluent des rivières Gardons d'Alès et d'Anduze et au nord l'espace des garrigues et ouvre sur l'horizon des montagnes cévenoles. Vézenobres a connu une grand prospérité du XIe au XIIIe siècle. De cette époque, la cité a conservé un ensemble d'architectures civiles de style roman. La fortune agricole des XVIIIe au XIVe siècles -sériciculture, viticulture- a également généré des demeures de qualité. avec l'hôtel de Renaissance et le château baroque, Vézenobres s'impose comme conservatoire patrimonial du piémont cévenol. Vézenobres fût aussi célèbre pour sa production de figues sèches qui ont été vendues lors de la foire de la Saint-André et accueille aujourd'hui le 'Verger-Conservatoire du Figuier'. (source: tourismegard)


La garrigue gardoise, mosaique de paysage .... 

La Garrigue du Gard (salamandre)

Au contrebas des pentes cévenoles et en amont des plaines fluviales, les garrigues occupent le Coeur du Gard, offrant des diversités contrastées de paysages où étendues sèches et âpres côtoient les plaines et les vallées. La garrigue est un endroit particulièrement sec. Les plaines de la garrigue gardoise sont cernées par les reliefs réguliers des plateaux ou des collines, où les pentes deviennent des caractéristiques dominantes. Le massif des garrigues de Nîmes s'allonge sur une quarantaine de km. Il sépare le pays d'Uzès au nord, de celui de Nîmes, de la plaine du Vidourle et de la plaine de la Vaunage qui forme un étonnant bassin creux, incisé dans le massif calcaire de la garrigue à l'ouest de Nîmes. (source: CDT-Gard)

Le Pont de Ners  et  la Plaine du Gardon  ..... 

Pont de Ners (petit-futé)

 Archétype des cours d'eau méditerranéens, la rivière Gard est formée au niveau de Vézenobres par la réunion des Gardons cévenols. Presque sec en été, , ce manque d'eau contraste avec les violentes crues qui peuvent survenir en automne lorsque des trombes d'eau se déversent sur les versants cévenols et son piémont, nommés les 'Gardonnades'. Le chemin de Saint Gilles franchissait pendant des siècles, le Gardon à gué ou en barque. 

Au XIIIe siècle, on bâtit un pont traversant le Gardon, qui fut emporté en 1403 lors de ses débordements capricieux. Après sa disparation, le bac reprit le service. Il fallut attendre 1840 pour qu'un nouveau pont soit élevé en amont du village de Ners, en prenant solidement appui sur le massif rocheux. Après  avoir longé un pays de collines entre Ners et Moussac, le Gardon traverse sur une bonne dizaine de km une large plaine adoucie, ouverte et cultivée pour s'enfoncer à Russan en gorges dans le massif calcaire des garrigues de Nîmes. 

(source: Marcel Girault, Le Chemin de la Régordane) 

Nîmes , Nemausus - la 'Romaine', creuset de cultures et d'histoire ....  


Nemausus- ville gallo-romaine

Forgée par plus de quatre millénaires, près du menhir de Courbessac, quelques Gaulois s'installèrent à ce lieu autour d'une source dédiée au dieu de l'eau, nommé Nemausus. Ce site se situe dans les actuels 'Jardins de la fontaine'. La Ville portait, avant notre ère, ce nom pendant quelques centaines d'années. Avec l'arrivée des Romains, Nîmes fût l'une des plus importantes colonies du monde romain. Traversée par la 'Via Domitia', route qui reliait Rome à l'Espagne, elle était déjà située à un carrefour commercial et culturel de toute première importance. 

Nîmes a connu son apogée sour le règne de l'Empereur Auguste. 

C'est de cette époque que datent les célèbres monuments romains de la ville, parmi les plus beaux et les mieux conservés de l'ancien empire. Les Arènes, amphithéâtre remarquable qui pouvait accueillir 24000 personnes et était essentiellement destinée aux combats de gladiateurs. La Tour de Magne, poste de surveillance préromain dotée de poternes et de cinq portes dont notamment la Porte Auguste, par laquelle  la Via Domitia pénétrait dans Nîmes et la Porte de France.

Aqueduc du Gard (tourisme-gardrhodanien)

L'approvisionnement en eau fut doublée par la construction l'Aqueduc de Nîmes, dont fait partie le Pont du Gard, qui partait d'Uzès, en amenant l'eau de l'Eure vers Nîmes et aboutissait au Castellum divisorium, bassin de distribution unique au monde, où l'eau est repartie entre les différents quartiers de la ville. 


Autour de la 'source dédiée à Nemausus' fut construit un Augusteum, dont subsiste aujourd'hui le plus mystérieux des monuments romains de la ville, le Temple de Diane, qui est le dernier vestige apparent du sanctuaire gallo-romain. Ruine romantique dans un cadre de verdure, les Jardins de la Fontaine ont été créés au XVIIIe siècle, occupant l'emplacement du sanctuaire antique édifié autour de la source.

Nîmes- Jardin de la fontaine - Temple de diane (midilibre)

La construction de la Maison Carrée, temple du forum de la ville gallo-romaine, dédié au culte impérial, ainsi que aux petits fils et fils adoptif de l'empereur Auguste. Elle reste l'édifice le mieux conservé de Nîmes.( sources : Office de Tourisme Nîmes ; Musée d'Archéologie ; CDT-Gard) 

Saint-Gilles, cité portuaire vers la Terre Sainte ....  

Saint-Gilles est une cité d'art roman, haut lieu de pèlerinage sur le Chemin de la Régordane, sur le Chemin de Saint Jacques de Compostelle et de Saint Pierre de Rome. Le plateau où s'élève aujourd'hui Saint-Gilles, a été occupé dès la plus haute antiquité et même vraisemblablement à la préhistoire. A l'époque romaine existaient des 'latifundia' comme en attestent de nombreuses découvertes archéologiques. A la fin du VIIe siècle, l'Ermite Gilles fonda un monastère bénédictin et une église portant le vocable de Saint Pierre.

Abbatiale Saint-Gilles

Au IXe siècle, l'abbaye jouit d'une réputation due aux miracles réalisés par son fondateur. Les pèlerins affluèrent et le bourg prit un essor qui fit de lui la capitale de la France méditerranéenne à partir du XIIe siècle, qui vit la construction de l'abbatiale dont les vestiges sont encore visible. Ravagée par les guerre de religion et la révolution, l'Abbatiale n'a conservé que sa facade et la crypte. Aujourd'hui Saint Gilles attire de nombreux visiteurs qui découvrent la richesse iconographique médiévale de son église abbatiale -désormais classée au patrimoine mondial de l'humanité de l'Unesco. 


Autant d'atouts qui font de Saint-Gilles une ville particulièrement riche du passé, mais qui n'en est pas moins résolument tournée vers son avenir. (source : saint-gilles)

La Camargue, terre mythique ...   


Les Salines de Camargue (dearsusan)


La Camargue est un territoire où les hommes vivent avec les chevaux, les taureaux, les oiseaux avec le ciel et l'eau. Un pays aux espaces naturels, préservés d'une faune et flore exceptionnelles en Europe, au paysage unique protégé par le Parc National régional de Camargue. Située entre les deux bras du Delta du Rhône, le grand Rhône vers le sud-est et le petit Rhône vers le sud-ouest. 

La Camargue est une vaste zone humide d'environ 100000 hectares, la plus grande de France et aussi une des plus secrètes. Elle se partage en 3 zones bien distinctes -les cultures au nord du Delta, les salines à l'ouest et à l'est, puis les lagunes au sud. 

 

 

 

 

Cheveaux (dpreview)

Ce sont les romains les premiers qui mentionnent les chevaux de Camargue dans leurs écrits. Pourtant ce sont peut-être les hordes sauvages venues de lointaines contrées orientales se sont installées en Camargue bien avant. Autre animal emblématique de la culture camarguaise est le taureaux. Depuis la plus haute antiquité, la présence de bovins de race foncée en Camargue a été relevée. La Camargue est également un sanctuaire ornithologique puisque près de 400 espèces d'oiseaux y ont été recensées dont le flamant rose, qui constitue le symbole des oiseaux en Camargue. (source : cdt-gard) 

______________

Rédaction

air du temps    

juin 2019


Ambrussum  -  Via Domitia   -  l'empreinte du Midi

 

Ancien Pont Romain -le Vidourle (air-du-temps)


Avant la conquête romaine, les populations indigènes du sud de la Gaule étaient regroupées dans des oppidums ou oppida, habitats de hauteur fortifiés. Lors de la conquête et la construction de la "Via Domitia" vers 120 avant J.-C, certains  de ces oppidums se trouvèrent sur le tracé, devinrent des relais d'étape, comme ce fut le cas pour l'oppidum d'Ambrussum.  

Le nom d'Ambrussum est parvenu grâce à plusieurs itinéraires antiques et à deux pièces de monnaie en argent portant les quatre lettres latines "AMBR". C'est grâce au pont Ambroix, encore appelé ainsi à l'époque moderne, que le souvenir de la ville s'est perpétué.


Le Pont d'Ambrussum - Gustave Courbet 1857 (romeonrome)

Cet imposant ouvrage d'art de plus de 100 m de long, qui comptait probablement onze arches, permettait à la Voie Domitienne de franchir le Vidourle. Ce pont qui est sans doute un des plus ancien de la région, aurait été construit aus alentours du début de notre ère, vers 30 av. J.C.. Encore utilisé au Moyen Âge comme l'attestant la construction d'une chapelle au XIIe s. par les habitants de Gallargues. Les nombreuses crues du fleuve furent également responsable de la destruction de plusieurs arches. Ainsi, alors qu'il compta encore deux arches, lorsque en 1857, Gustave Courbet le peignit. La crue de 1933 emporta l'avant dernière arche.

Les premiers vestiges de l'Oppidum furent découverts sur la colline dès le milieu du XIIIe s., les trouvailles se multiplient, mobilier néolithique, tombes et cases gauloise, maisons médiévales et romaines. Les Habitations (Domus) Gallo-Romaines, visibles sur la colline, datent de la seconde moitié du 1er s. après J.C. et ont été abandonnées au début du IIe s., en même temps que le reste de l'Oppidum. La construction des "Domus" à l'Ambrussum témoignent de la romanisation des habitants. 


Le Rempart, vestige le plus ancien visible sur la colline


Les Remparts (air-du-temps)

Le rempart a été construit dès la création de l'agglomération. Il a subi de nombreuses remaniements, les tours primitivement quadrangulaires, ont été remodelées en tours arrondies, elles seront également multipliées au cours du IIe s. av. J.C.. Dans son état actuel, il conserve 26 tours sur une longueur de 635 m. La partie située au dessus du Vidourle a aujourd'hui entièrement disparu: elle a été épierrée à l'époque moderne pour alimenter les fours à chaux. 


La voie Domitienne

LA VOIE DOMITIENNE ( air-du-temps )

Voie pavée, creusée de profonds ornières, constituait l'artère principale de l'agglomération. Elle était bordée de bâtiments et de ruelles. Le trafic était limité par sa forte pente (9%) et de sa faible largeur qui ne permettait pas le croisement des véhicules. Construite au 1er s. ap. J.C. elle rejoignait le pont grâce à un plan incliné aujourd'hui disparu. LA VIA DOMITIA, qui traversait l'actuel Languedoc-Roussillon (Occitanie), est la plus ancienne voie romaine construite en Gaule. Son tracé à été élaboré vers 120 avant J.C. par Cneius DOMITUS Ahenobarbus, proconsul qui annexa la région et donna son nom à la voie antique reliant Rome à Cadix.  



Sources : extraits de textes  

Communautés de communes du Pays de Lunel (ot-paysdelunel) ; agence noémie 

Photos : air-du-temps  

mars 2019  

air du temps  mars 2019  

_______________________


Pierre Albert Clément auteur

Pierre Albert CLÉMENT, spécialiste des chemins de circulation et des drailles du littoral languedocien, des murailles protectrices des Cévennes et du Massif Central par le flux et le reflux des migrations humaines, aussi loin que l'on puisse remonter dans l'histoire de la région. 

Son ouvrage d'histoire 


La Via Domitia -des Pyrénées aux Alpes,  Pierre Albert Clément, -Éditions Ouest-France


Tout le long de son histoire, cette zone de passage a été marquée dune empreinte invariable. Première région françaises à avoir été pourvue d'un système cohérent de voies de communication, elle a vécu depuis au moins trois millénaires pour et par son réseau de chemins. Dans son ouvrage "La via Domitia, des Pyrénées aux Alpes" Pierre Albert Clément sait nous transmettre par sa recherche scientifique, ce réseau de chemins de liaison qui ont constamment fait rêver ceux qui se passionnent pour l'histoire de l'Antiquité. La Via Domitia, qui reliait l'Italie à l'Espagne à travers la Gaule méridionale, est devenue un modèle, tant sur le plan de la recherche scientifique que sur celui de la mise en valeur touristique.


Les Cévennes   - Parc National des Cévennes  


Parc National des Cévennes

 

On peut constater deux zones des "Cévennes". La première est la zone protégée, que l'on appelle aussi "La Cévenne" qui s'étend sur une superficie de 91 400 ha, dont 80% en Lozère et 20% dans le Gard, répartie sur 54 communes avec un nombre faible d'environ 600 habitants Le Parc national des Cévennes est une harmonie entre les hommes et la nature. Habité depuis des millénaires, ces montagnes aux substrat divers ont été modelées par les activités  des hommes. Souhauté depuis des décennies, Le Parc Nationale des Cévennes a été crée en 1970. Depuis 1971, L'UNESCO a lancé un programme mondial l'homme et sa biosphère. Il veille à une gestion équilibrée des ressources naturelles, tenant compte des nécessités de la conservation associées à une volonté de développement durable. Ce programme est mis en application dans un réseau international de réserves de biosphère dont le Parc Nationale des Cévennes fait partie depuis 1985. De tous les Parc nationaux français, celui des Cévennes est le seul situe en moyenne montagne et le seul Parc national habité, il abrite de ce fait une population permanente et un patrimoine culturel significatif. Une réglementation de protection  stricte s'y applique.

Carte Causses - Cévennes

 

 La seconde zone, est la zone périphérique que l'on connaît sous le nom général "Les Cévennes", d'une superficie de 229 726 ha, dont 54% s'étendent en Lozère, 36% dans le Gard et 10% en Ardèche, répartis sur 117 communes avec un nombre de 41 000 habitants. La réglementation du Parc ne s'applique pas en zone périphérique, mais celle-ci bénéfice d'un programme d'aménagement spécifique destiné à assurer la promotion de la vie économique locale et à renforcer  les actions de protection entreprises dans la zone centrale.

 Les régions géographiques des Cévennes se composent à l'ouest du Causse Méjean de Lozère, est un vaste plateau calcaire d'altitude autour de 1000 m. entouré de gorges et de falaises, appartenant à l'ensemble des grands causses (Sauveterre, Méjean, Causse Noir et le Larzac). L'agro-pastoralisme est la richesse des Causses et des Cévennes, pratiqué par la présence de populations attesté dès le néolithique vers 2500 av. J.C. par les nombreux mégalithes, menhirs et dolmens, jalonnant les hauteurs et les drailles = chemins de transhumance. 

 

Massif des Cévennes Chaos granitique

Au nord se trouve le Mont Lozère, massif granitique avec le point culminant du Finiels 1702m, Le Pic Cassini 1699m, compte un habitat épars, adapté aux rigueurs du climat. Les milieux ouverts du mont Lozère, landes, prairies, zones humides, sont principalement entretenus par l'activité agropastorale et signent l'importance  de la transhumance dans le paysage. Vers le nord-est, un massif granitique et schisteux boisé en versant nord de la montagne du Bougès, avec son point culminant de 1421 m. Au sud-est, dans les vallées  cévenoles, paysage, en-dessous de 1000 m, de serres= crêtes et des valats = vallées, sont un espace construit à la main et à dos d'homme. L'étagement des faisses = terrasses de culture forme parfois de véritables amphithéâtres. On y trouve les Vallées des Gardons, creusées dans le schiste, la Vallée longue, parcourue par le Gardon d'Alès, La vallée Française par le Gardon de Sainte-Croix et la vallée Borgne par le Gardon de Saint-Jean. Elles portent des potagers et prairies, quelques vignes, des mûriers, des oliviers, des chênes verts et des châtaigneraies. 

Pic de Borgne et Mont Aigoual

La flore : sur les quelques 2000 espèces recensées, le genêt, la bruyère, le genévrier, les airelles, les épilobes se partagent les paysages selon l'altitude.

La faune : si la chasse est autorisée dans le Parc, c'est pour aider la régulation de certaines espèces tout particulièrement le sanglier et même le cerf et le chevreuil qui avaient été réintroduits. Vautours fauves et vautours moines, eux aussi réintroduits, sont bien représentés sur le territoire alors que le grand tétras reste très rare. Quelques colonie de castors, dans les rivières complètent l'originalité de la faune.

 

Mont Aigoual

 Au sud-ouest, Le Mont Aigoual et le Lingas, culmine avec 1565 m, est situé entre Causses et Vallées cévenoles, l'Aigoual (nom occitan = aqua - eau)  marque la rencontre entre granite, schiste, calcaire et grès, dans l'un des sites les plus pluvieux de France. Le massif aujourd'hui reboisé de forêts de pins, épicéas, sapins et hêtres. Par les drailles, les troupeaux des plaines atteignent avec l'Aigoual les hautes terres les plus proche, elles restent ainsi un élément fort du paysage, tracant le chemin le plus court, elles suivent les crêtes et la ligne de partage des eaux.

Pour en savoir plus ....     

à la découverte du Parc National des Cévennes 

 

Parc National des Cévennes 6bis Place du Palais  F-48400 FLORAC  www.cevennes-parcnational.fr

Écomusée du Mont-Lozère F-48220 PONT-DE MONVERT          ecomusee@cevennes-parcnational.fr

Maison du Parc National des Cévennes, centre d'information  3,Grand-Rue F-30350 GÉNOLHAC

 

Mont Lozère - Finiels Troupeaux Transhumance

La  transhumance 

À la fin de chaque  printemps, lorsque l'eau et l'herbe commencent à manquer dans les garrigues et la partie des Cévennes méridionales, les routes et les chemins s'emplissent pendant quelques jours d'une multitude de moutons qui transhument vers la montagne. La durée de l'estive varie entre 60 et 120 jours, en général entre le 15 juin au 15 septembre .Les troupeaux ovins se déplacent dans la poussière de la draille et dans les bourdonnements de leurs sonnailles. Du plus petit - quelques fois une dizaine de bêtes - au plus grand - plusieurs milliers de brebis pomponnés de laine aux couleurs vives. La montée en transhumance c'est la fête pour les bergers mais aussi pour les habitants des villages traversés. Les troupeaux grimpent sur les pentes du Mont Aigoual, sur les versants du Lingas, sur les Causses, la Margeride, l'Aubrac ou sur le Mont Lozère en passant les crêtes par la grande draille sur la ligne de partage des eaux. 760 km de drailles sont encore utilisés par les bergers aujourd'hui, sur 1000 km recensés.

Cévennes Draille de Transhumance

Les drailles 

Les drailles n'ont pas de statut juridique propre, elles ont été utilisées de manière historique par les bergers mais aussi pour le commerce et le transport des denrées. Aujourd'hui elles sont fréquentées par les exploitants agricoles locaux, l'ONF, les communes pour le réseau DFCI, les promeneurs et randonneurs par les GR, notamment le GR7 épousant le tracé des crêtes de la ligne de partage des eaux.

La ligne géographique du partage des Eaux est une ligne invisible à la croisée des fleuves.

Parc National des Cévennes

La ligne des  partage désigne une limite géographique qui divise un territoire en différents bassins versants. De chaque côté de cette ligne, les eaux s'écoulent dans les  directions différentes d'un côté vers le versant méditerranéen et de l'autre côté vers le versant atlantique.  

L'atout majeur des Cévennes est sans doute l'attirance que suscite sa nature généreuse. Pourtant le patrimoine cévenol est tout aussi attachant. L'architecture, au service du quotidien et de l'utile le plus souvent est un modèle d'intégration dans le paysage. Petits ponts, chapelles, terrasse, escaliers, toitures reflètent l'âme du pays et font de la Voie Régordane un véritable chemin de tolérance. 



La  guerre de  Religion   et histoire du Désert  

Pourquoi le Désert :  

dans l'Histoire du protestantisme français, l'expression "Désert" définit une période qui s'étend de la Révocation de l'Edit de Nantes 1685 à la Révolution Francaise 1789. Privés alors de liberté de culte, c'est loin des villes, cachés dans des endroits isolés, déserts, dans les forêts, les garrigues, les grottes ....., que les protestants de France en Cévennes, mais aussi en Haut-Languedoc, Vivarais... furent obligés de vivre clandestinement leur foi.

Les camisards = signe de reconnaissance  leur chemise = camiso en occitan : 

Cette page d'histoire concerne toute la France, mais marque particulièrement le Languedoc et les Cévennes. Les percussions déclenchent un exode massif des huguenots vers des régions dites "du refuge", tandis que en Cévennes la résistance s'organise, clandestine et pacifique le plus souvent, période dite "du désert". Violente et armée  la guerre des Cévennes ou des camisards de 1702 à 1704. Du Mont Lozère aux vallées cévenoles, ce sont les hautes terres que parcourent les chefs huguenots. Ils sont les enfants des protestant martyrisés restés au pays. Ils prennent les armes et débutent leurs guerre des Camisards 1702 à Pont de Montvert. Ils sont 2500 à tenir tête pendant trois ans à 25000 soldats du Roi Louis XIV. Leur histoire est encore profondément ancrée dans ce pays. Le Musée du Désert témoigne par l'ensemble de ses collections exposées, tel un grand livre d'images d'une facette de l'identité cévenole forgée par l'Histoire.

Village de Mialet Cévennes

Le Musée du Désert est installé dans la maison natale du chef camisard Pierre Laporte dit Rolland, au coeur d'un hameau cévenol typique fait de vieilles pierres formé de petites ruelles. Près de 2000 objets authentiques, de la vie traditionnelle en cévennes, costume, mobilier, armes des camisards, cartes cachettes, bibles, documents manuscrits... témoignent de la résistance, parfois violente et de la clandestinité des huguenots pendant plus d'un siècle, de la révocation de l'Édit de Nantes en 1685  jusqu'à la Révolution francaise en 1789. 

Le Musée du Désert      Le Mas Soubeyran       30140 MIALET     www.museedudesert.com 

Le patois cévenol 

Le patois cévenol est un sous-dialecte de la langue-d'oc, dans lequel on trouve beaucoup de mots d'origine gauloise, latine et quelques mots d'origine grecque, arabe et germanique Le patois est une langue le plus souvent parlée, rarement écrite. Compte tenu de la diversité des parlers selon les régions, voire les villages, il serait difficile d'écrire un livre en patois aisément accessible à tous. Il n'existe pas de patois purement cévenol, c'est généralement la prononciation qui donne aux mots un caractère local. L'aire géographique occitane correspond à une trentaine de départements différents.

L'Occitanie et la langue occitane 

L'Occitanie est le nom donné aux pays de langue occitane, en Espagne, en France et en Italie. Dans ces pays, sauf en Espagne, où l'aranais, variante locale, dispose d'un statut et d'une protection légale, la langue occitane est en situation minorisée. Elle n'est en général enseignée que de manière facultative, ou dans le cadre d'actions associatives. Cette langue est connue sous d'autres noms: roman - langue-d'oc - langue mondine. Les noms de ses dialectes sont  parfois utilisés pour désigner la langue dans son ensemble : provencal, gascon, limousin, auvergnat. L'Occitanie qu'est-ce que c'est?  Un pays à coup sûr entre la Méditerranée et l'Atlantique, des Alpes aux Pyrénées, pays ouvert et de passage que certains ont voulu appeler l'Isthme gaulois, pays montagnard et aussi surtout, véritable conservatoire de groupes humains et de traditions qui remontent pour la plupart à la plus ancienne préhistoire. Il faut savoir que, bien que souvent appelée romane, comme au moyen-âge, la langue occitane est enseignée, entre l'Europe et l'Amérique, dans plus de cent universités et même jusqu'au Japon.

"L'occitan es una lenga romantica, valent a dire eissida de l'evolucion diacronica del latin popular tardiu. Istoricament, es conegut per èsser estat la lenga dels trobadors, poètas medievals qu'an permés lo desvolopament de la poesia lirica en Occident. Es lo poèta toscan Dante Alighieri que li bailèt lo nom de lenga d'oc".

L'occitanie, qu'est-ce que c'est?.... 

Un état?  une nation? un pays?

___________________________________

sources extraits de texte : Parc national des Cévennes ; CDT-Gard ; amis de la bibliothèque de Lasalle en Cévennes ; evasionsplus-tourisme ; Musée du désert; linguisticaOccitana ; IEO.Paris ; ariège.com ; 

air du temps

janvier 2019


 

Air du temps







 



2015  Année internationale de la LUMIÈRE

"construire la paix dans l'esprit  des hommes et des femmes"

l'Assemblée générale des Nations Unies (ONU), à sa 68e session, a proclamé 2015 comme Année internationnale de la LUMIÈRE et des technologies fondées sur la lumière (AIL 2015)

L'Année internationale de la lumière est une initiative globale qui vise à sensibiliser les citoyens du monde entier sur l'importance, dans leur vie quotidienne, de la lumière et des technologies qui y sont associées tels que l'optique.

pour plus d'information :  www.unesco.org/events/

source : UNESCO

_____________________________________________